Connexion S'enregistrer

Connexion

Toutes les infos

L’ACCUEIL FAMILIAL DANS LES MEDIAS
INFORMATION OU DESINFORMATION ?
 
Presse écrite, radio, télévision d’un côté, blogs et réseaux sociaux de l’autre : les canaux d’informations sont nombreux.
 
Depuis plusieurs mois, de plus en plus de sujets sont consacrés à l’accueil familial, avec le but louable de faire connaitre cette activité. Il n’en demeure pas moins que ce qui peut se dire ou s’écrire est souvent assez caricatural.
 
Des méconnaissances, des interprétations ou des erreurs, peuvent contribuer à produire l’effet inverse de celui recherché en accentuant le fossé entre réalité et fiction. Il est donc important de ne pas prendre pour argent comptant tout ce que les médias diffusent au sujet de l’accueil familial.
 
Afin d’illustrer ce propos, ci-dessous des extraits d’un article publié dans le quotidien Ouest France le  18/11/2019 (à retrouver en intégralité ici ) ainsi que nos commentaires :
 
  • …Une fois le contrat signé, « de gré à gré, la personne accueillie est l’employeur de l’accueillant familial .. »

Commentaires :
Le contrat de gré à gré n’est pas un contrat de travail. Même si la personne accueillie rémunère l’accueillant familial et s’acquitte des cotisations sociales, elle n’en n’est pas pour autant « l’employeur » au sens strict du Code du travail puisqu’il ne peut y avoir de relation de subordination entre l’accueillant familial et la personne qu’il accueille.
 
  • …le service assure un suivi régulier. Et si jamais les relations se dégradent, « il peut y avoir conflit, lassitude, alors il peut être décidé de mettre fin à un accueil, voire de retirer un agrément »…

 Commentaires :
-       Le suivi dont il est question est le suivi social et médico-social de la personne accueillie
-       Le déroulement d’un accueil n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Il s’agit avant tout de relations humaines, construites dans un cadre familial, qui peuvent avoir des hauts et des bas
-       Si l’accueillant familial et la personne accueillie ne s’entendent plus ou si l’accueil ne donne pas satisfaction, la rupture du contrat d’accueil peut être envisagée, à l’initiative de l’une et/ou l’autre des parties signataires, dans le respect de la procédure réglementaire. Dans certaines situations, le service chargé du suivi peut être amené à suggérer cette hypothèse, ou à la soutenir
-       Par contre, situer l’éventuel retrait d’agrément sur ce plan n’est pas pertinent. Cette procédure est codifiée et sa mise en œuvre relève de faits graves
 
  • ..Les personnes accueillies sont soit des personnes âgées, « à partir de 60 ans et n’étant pas en situation de dépendance à leur arrivée. Avec le temps, vient parfois celui de la dépendance. La prise en charge par les services médicaux et paramédicaux pourra être envisagée, ou une autre solution, comme l’Ehpad »..

Commentaires :
-       A l’heure actuelle, le maintien à domicile est la solution la plus encouragée. L’accueil familial est une alternative à l’EPHAD justement lorsque l’état de dépendance de la personne ne lui permet plus de rester à son domicile
-       Si ces personnes n’étaient pas en état de dépendance, elles n’auraient pas besoin de recourir à l’accueil familial
 
  • …« la disponibilité est moindre puisqu’elles travaillent parfois en Esat ou ont des activités extérieures »…

Commentaires :
-       La disponibilité de qui ? De la personne accueillie ou de l’accueillant familial vis-à-vis de la personne accueillie ?
 
  • Et lorsque les accueillants familiaux ont besoin de souffler, « ils ont obligatoirement un remplaçant, qu’ils ont la charge de rémunérer ».

Commentaires  :
-       Les accueillants familiaux ont obligation d’assurer la continuité de l’accueil. Ils doivent donc être en mesure d’organiser des solutions de remplacement pour leurs absences prévues et imprévues.
-       Au-delà de la question de pouvoir « souffler », ils bénéficient de droits à congés
-       Cependant, il y a ici une énorme erreur : conformément à la réglementation (y compris dans le contrat d’accueil), la rémunération des remplaçants revient à la personne accueillie. L’accueillant familial n’est pas autorisé à le faire.
 
  • …Actuellement, 30 familles proposent 57 places. Et si pour l’accueilli une partie de la dépense peut être prise en charge, l’accueillant familial est rémunéré entre 1 408 € et 1 938 € (net, frais d’hébergement et nourriture compris) pour une personne âgée, et entre 1 298 € et 1 805 € pour une personne handicapée.

Commentaires :
-       Au lieu de parler rémunération, il aurait été plus judicieux de parler du coût de l’accueil (sommes versées à l’accueillant familial + charges sociales).
-       Les montants annoncés ne constituent pas la rémunération de l’accueillant familial mais la somme totale perçue chaque mois comprenant une partie rémunération (soumise à cotisation et impôts) + une partie indemnités (entretien + logement)
-       Parler de possibilité de prise en charge d’une partie de la dépense pour la personne accueillie est bien. Dire par quel moyen aurait été mieux
 
En conclusion, faire connaitre ou promouvoir l’accueil familial, oui mais :
«  Si vous ne pouvez pas faire les choses bien, faites au moins en sorte qu’elles aient l’air bien » Bill Gates
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

© 2017 France Accueil Familial. Tous droits réservés.